_roman_SF

// 84ème pellicule : Qui tue un boeuf tue un quartier

Cela faisait longtemps que je n'avais pas consacré un peu de sel d'argent à Toulouse. Plusieurs années en fait. Paradoxe de tout cela, la 84ème pellicule ici présente ne date pas d'hier non plus...

Plutôt d'avant-hier, à savoir janvier ou février 2014.

Le quartier de Matabiau a déjà changé depuis. La grande idée qui gentrifie et normalise et aseptise ici bas, c'est la LGV. Comprenez Ligne à Grande Vitesse.

Toulouse-Plage ne sera plus à la Daurade mais à Lacanau et l'on rapprochera les civilisations urbaines urbano-planifiées en deux temps trois mouvements.

Alors à Matabiau on exproprie à vitesse grand V, on terraforme en un clin d'oeil, on Vincinise des surfaces de terrain qui attendent de voir pousser des immeubles en placo rose sale et simili brique. On nivelle les niveaux de vie vers le cadre AA, on l'attire même avec une hypothétique prévision de tour financière qui ressemblera à s'y méprendre au nouveau Ouorlde Trède Sainteure couleur locale (toujours rose) ou au mieux à la Défense, là-bas, à la Capitale.


Des Trucs-Shop tentaculaires creuseront leurs étals propres et bien rangés de produits propres et bien rangés dans les immeubles où naguère l'on pouvait vivre d'un loyer modeste. Les façades ne cacheront plus des lieux de vie mais des lieux d'habitations qui ne serviront qu'à fermer les yeux le soir et à les rouvrir le matin pour aller bosser.

Dans le Ouorlde Trède Sainteure local.

Les associations de quartier seront remplacées par des Crédit Agricole, et les crèches municipales par des centres de nounous Uberifiés agréés. Bye-bye le boulanger et le PMU, salut Paul et Starbuck.

Bref...


Des dizaines de milliers de personnes bouleversées dans leur quotidien pour gagner 1 heure par ci, 2 heures par là. Des économies de temps de bout de chandelle, qui finit de toute façon toujours pas se consumer en une petite flaque liquide et solide.


Un jour, dans pas longtemps, je suis persuadé que je regarderai ces photos avec l'impression d'avoir photographié un autre siècle. Peut-être un autre millénaire.


Kodak en couleur développée par Tony.
 


Où suis-je ?

La carte n'est pas le territoire

Suivre les voies

----------------------------------------------

Pripyat-sur-Garonne - Vue sur l'école

Pripyat-sur-Garonne - La Mairie

Pripyat-sur-Garonne - L'école de Danse Tribale (Après réfection)

---------------------------------

Engonçage

Encastrage

Persistance cyclo-rétinienne

Soleil d'hiver

L'immeuble qui attendait en vivant

Bicorne Powa

Pixellisation de la diagonale

Prier les ombres

Metropolis

Se glisser entre les mots

Chercher ses clés

Le chat qui attendait que quelque chose arrive

Espace intercostale

Le chien heureux

Petit théâtre de Guignol

// 84ème pellicule : Qui tue un boeuf tue un quartier // 84ème pellicule : Qui tue un boeuf tue un quartier Reviewed by Hugues Dargagnon on 16:50 Rating: 5

3 commentaires:

  1. je ne connaissais pas tout ça dans ce quartier..... trop beaux ces clichés. M

    RépondreSupprimer
  2. tres belle lumiere, comme dhab on sy croirait... nils

    RépondreSupprimer
  3. Particulièrement touchée par 'se glisser entre les mots', le chat et le théâtre d'ombre. Merci encore. Fee

    RépondreSupprimer

RECHERCHE DANS CE JOURNAL

Crédit photos et textes Talion'h Kaärd. Tous droits réservés. Fourni par Blogger.