_roman_SF

// 83ème pellicule : Street Forest

Ruer veut-il dire foncer à la manière d'un ru, ou déambuler dans une rue ?

Briquer veut-il dire nettoyer maniaquement, ou fabriquer des murs de briques ?

Arborer veut-il dire se parer de magnifiques atouts, ou planter des arbres comme des piquets ?

Dans une jungle urbaine, y'a t'il des lianes de béton, des troncs d'acier ?

Toulouse, Cagire. Ektar 100 d'une époque révolue, offerte par FG, et sortie de l'ombre par Tony.




Au 7, 6, de la rue XYZ.

Des croisillons de fer qui durcissent les chemins.

Un tunnel commercial pour flâner en cauchemardant.

La cadence urbaine rythmant les ombres.

Una hoja verde perdida.

Des arbres nus et décharnés.

Des cheveux hirsutes attendant de tomber.

Un segment arboré de la peau du ciel.

Cette mousse qui envahit lentement toute chose.

Une mise au point qui rend les chemins flous.

Laisser le soleil mourir derrière soi.

Des coulures d'ombre s'épanchant jusqu'à nous.

Ce soleil vicieux qui se cache derrière chaque branche.

L'ogre s'est endormi, profitons en pour sauter de la table et fuir. Fuir.

Un trône de liège oublié.

Le soleil désormais devant nous, étions-nous perdu ?

L'une de ces branches serpents.

Le faux calme de la verdure attendant la fin de l'humanité.

Le 8ème juge était assis là.

Mémorial original à Donnie Darko.

Un yogiste ramasseur de champignons se trouvait dans les champs.

Ce qui existe en creux.

Photo de famille.

A ce moment là, tout penchait à gauche.

Retour à Toulouse Plage.

Ces bancs qui se tirent la gueule toute leur longue vie.

Il nous fallait juste suivre la flèche. Tout bonnement.

Derrière regard sur les bubons urbains.

// 83ème pellicule : Street Forest // 83ème pellicule : Street Forest Reviewed by Hugues Dargagnon on 10:46 Rating: 5

10 commentaires:

  1. Vous êtes très fort jeune homme. Vos chemins de fer et vos arbres croisés. La profondeur et vos couleurs. La solitude et le présent qui s'étire. Tes photos m'interpellent bcp à chaque fois, faisant écho aux choses qu'on tasse au fond de soi. Merci et bravo. Fee

    RépondreSupprimer
  2. Toujours agréable à regarder, on a la sensation d'être avec vous ... D'ailleurs vous nous manquez!!

    RépondreSupprimer
  3. Oui toujours agréable d'avoir ses partages d'instants...

    RépondreSupprimer
  4. J'adore ton coup d'oeil sur l'univers, superbe et beau travail... Merciiiii

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nellie ! La prochaine c'est dans notre quartier ;)

      Supprimer
  5. De l'humain partout. Dans le beton comme au creu de la mousse. Meme absent il est partout dans tes photos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme en archéologie, on ne détecte la présence humaine que par des signes extérieurs ...
      Comme cette exposition que j'avais faite à Montréal : http://www.kaard.com/#726

      Supprimer

RECHERCHE DANS CE JOURNAL

Crédit photos et textes Talion'h Kaärd. Tous droits réservés. Fourni par Blogger.