_roman_SF

// 71ème pellicule : L'ile du nord

Extrait du journal de Jonas, 37 may 2133 AG

"Nous avions pris le bateau depuis quelques semaines désormais, et les quarts de vigie se succédaient entre eux, aussi morne que l'horizon vaporeux qui s'étendait devant nous. Pensez donc, le soleil tentait de percer la croûte humide qui se formait sur ces contrées maritimes, et tout ce que nous récoltions, c'était une brume crayeuse flottant sur des eaux maussades, parfois fendue d'un rayon solaire arborant son bout de ciel bleu.
Mais la mer, elle, restait grise.

Ce matin-là, c'était à mon tour de grimper les vingt deux mètres de cordage pour rigoler avec les mouettes. En quelques minutes, je devenais le point culminant d'un monde terriblement plat, où les collines sont des vagues et les creux des vallées. Et cet univers en miniature mais immense se dessinait sous mes yeux, contours de frontières et de géographie changeante. Je ne savais plus où me situer sur cette carte mouvante, les combes de varech se mélangeaient aux estuaires mousseux qui se confondaient aux synclinales d'écumes. Il ne faisait pas plus frais que d'habitude, mais le vent qui portait mes amis volatiles à quelques mètres en profitait pour s'immiscer dans mon chandail, à l'intérieur des manches, dans mon pantalon. Je crois bien avoir eu froid.

La première chose que je vis enfin, découpé en ombre chinoise sur la côte comme un vieux souvenir d'enfance diffus, furent les maisons et immeubles. Quelle ne fut pas ma surprise !
Je pris quelques secondes avant de hurler "TERRE TERRE" à tous les matelots entassés dans l'apathie depuis trop longtemps. Je descendais le plus rapidement possible, m'élançant dans la grande voile comme on se lance dans un nuage, quelques secondes plus tard je me réceptionnais sur mes godasses pleines d'entrain et je cherchais déjà du regard mon capitaine.

Le voyant s'atteler à donner quelques ordres plein d'humeurs, je me rapprochais, un peu méfiant.
- Monsieur, Monsieur, je crois que nous avons fait fausse route !
- Que me dis tu là, n'as-tu pas hurler "TERRE" tantôt ? Aurais-tu des visions à cause de la pipe à fumer ?
- Non Monsieur, mais je pense que nous somme revenu à Touloush, les bâtiments sont de briques et les gens sont dehors bras nus !
Le capitaine éclata d'un rire qui éclipsa pour un temps le piaillement des mouettes, pourtant de plus en plus nombreuses.
- Moussaillon, tu illumines ma journée ! Ce que tu vois là, ces briques roses et ces gens qui parlent joyeusement - si tu regardes bien avec ma longue vue, vas-y, prend là, tu verras qu'ils boivent tous un curieux breuvage qu'ils appellent beire - et bien tout ça, c'est pas Touloush, c'est l'Ile du Nord !

Mon gosier se mit à frétiller."

30 poses



La patience du marchand

La patience du chauffeur

Brouhaha musical

Le Divine Enfant est né dans une usine à charbon

Parole de mur rouge

Souvenir du futur

L'homme invisible était trop torché

Dans tes yeux

Stratification

La femme du patissier

La patience de ceux qui patientent

In da Kanal

Elle l'appelle...

Picon + Ricard =

La ligne rouge

Bierier (variété Duff)

Déboulonneurs

… il répond

Mur de cartons



------------------------



Si loin si près / 2

Si loin si près / 2

Si loin si près / 3



------------------------


Poses intempestives

Fermer le labyrinthe

Déboulonneurs ?

Bâtis 

La solitude de la parabole

Marcher dans l'ombre de ses cheveux

La diagonale du Fou (sic)

Marcher dans l'ombre des arbres


// 71ème pellicule : L'ile du nord // 71ème pellicule : L'ile du nord Reviewed by Hugues Dargagnon on 12:55 Rating: 5

11 commentaires:

  1. Je sais qu'il y a quelques problème de flou par ci par là (Elle l'appelle…), il y avait tellement de brume que mes yeux pleuraient ...

    RépondreSupprimer
  2. mon favorite : poses intempestives, avec son cadre qui suggère la contour d'une femme, encore trop présente dans son absence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci M ! Pour la petite histoire, la première photo d'une pellicule est souvent "jeté", du coup je joue sur le hasard et déclenche à hauteur de rein, pif

      Supprimer
  3. Perso, j'aime bien le "quasi" triptyque "Si loin si près" ça faisait longtemps que tu ne bossais plus les textures ;) bref, moi j'y vois des trucs qui me plaisent...
    Ps : Picon/Picard ..du coup je me suis demandé si du Picon en glace pouvait être mangeable :p ??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'ailleurs, je crois que je vais réintituler cette photo en :
      Picon + Ricard =

      Supprimer
  4. Vous êtes très fort monsieur Hugues, votre titre valorisent à la perfection la puissance de tes images du quotidien. Bravo cher ami. Fee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Fée, j'ai toujours un conte sous le bras pour folette !

      Supprimer
  5. Pour ma part j'aime bien la géométrie de "la diagonale du Fou", la pureté de ses lignes et le beau contraste des couleurs. Une image pleine de symboles aussi entre la vie des grands ensembles et le vide du ciel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci DeltaFox ;) "La diagonale du fou", j'aime bien en faire quelques une et je commence à en avoir une petite quantité étrange !

      Supprimer
  6. "Bâtis", "La solitude.." et "La diagonale..." sont mes préférées. Bien joué m'sieur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont mes premiers amours... les lieux d'habitats...

      Supprimer

RECHERCHE DANS CE JOURNAL

Crédit photos et textes Talion'h Kaärd. Tous droits réservés. Fourni par Blogger.