_roman_SF

// 48eme pellicule : D'un Mur à l'autre

Comme toute bonne pellicule de voyage, notre 48ème glisse d'un lieu à l'autre, traverse des frontières absurdes, débute en Ecosse et finit à Ramonville, sa première photo est une rue, sa dernière en est une autre.
Je me souviens d'avoir engagé cette pellicule pour les quelques heures qui nous restait en Angleterre, et de ne pas avoir sorti l'appareil une seule fois pour notre looongue marche dans Edinburgh, cherchant de quoi dormir pour la dernière nuit. Dommage ...

Voici donc 24 poses (Ilford 400 HP5) qui hoquettent en gris et noir et blanc

Bon visionnage !



Tête d'ogive

Dejeuner sur l'herbe

Cabane au fond du jardin

Arrêt de bus

Au revoir




------------------------------------



Squelette

Pigeon

Dédé

Les Fous de Saint-Georges

Guillotine

Public

Tortionnaire du dimanche

Scène blanche

Charles attend...

Petit voyeur

Ecouter aux murs

Grimper au mur

Désolation

Par delà

Hypnotisée

Dude

Envol

Jonglage

Pilules

// 48eme pellicule : D'un Mur à l'autre // 48eme pellicule : D'un Mur à l'autre Reviewed by Unknown on 22:51 Rating: 5

7 commentaires:

  1. Moins accroché par cette série, si ce n'est par le passage du côté de Ramonville, avec un soupçon de nostalgie.
    Et pour constater qu'ils font payer l'entrée désormais!
    Anto.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai eu du mal à terminer cette pellicule, elle avait commencé tellement loin ... ;)

      Supprimer
    2. Ben moi j'accroche de plus en plus! L'humain entre de mieux en mieux dans tes compositions, "j'adooore"... Cartier Bresson n'est pas mort! Je dis ça mais gaffe aux chevilles quand même! ;-) Masa

      Supprimer
    3. Merci Masa ;) Faire entrer dans le cadre des monsieur dame, tout un challenge ;) Puis j'ai pas envie d'être comparé à une marque de montres :-p

      Supprimer
  2. Je crois que moi aussi j'accroche un peu moins. Dit crument ça ressemblerait à "j'aime toujours autant ce qu'elles montrent mais un peu moins ce qu'elles sont". J'ai l'impression qu'un filtre s'est immiscé entre ces photos et moi ; comme une brume grise qui m'en éloigne un peu. Je pense notamment à "Dédé" et aux "fous de Saint Georges" dont leur absence mais davantage révélée que lors d'antérieures photos ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour les commentaires. C'est étrange au final comme les ressentis d'une prise de vue se greffent aussi sur la pellicule, visible à celui qui observe la photo ... Par contre, je ne comprend pas ce que tu voulais dire quand tu parles de Dédé et des Fous ?
      A plus tard !

      Supprimer
    2. Je parlais de leur "absence de mon monde" ... ou plutôt de mon "moment". Seul, devant un PC. D'habitude, les quelques humains qui traversent le cadre viennent me tenir compagnie ; nous dialoguons. Ici, ils me narguent, me montrent qu'ils sont ailleurs ... et que le "filtre" m'empêchera de les atteindre.

      Supprimer

RECHERCHE DANS CE JOURNAL

Crédit photos et textes Talion'h Kaärd. Tous droits réservés. Fourni par Blogger.