_roman_SF

// 26ème pellicule : "New York Fucking City"

Quatre mots.
Imprimés noirs sur le fond blanc d'un tee-shirt. Un peu trop grand. Comme le sont souvent les habits qui traversent l'Atlantique par cadeau. Quatre mots qui m'ont rendu réelle cette grosse ville pour la première fois. Le tee-shirt se trouvait dans un sac plastique diaphane et décoloré et M me le tendait à bout de bras, froissant de ses énormes paluches les plis et replis du sac.
Son sourire était indéniable...
"Tiens, je t'ai ramené ça de par chez moi"
C'était il y a 10 ans de cela. Ou 13, je ne sais plus trop, ce sont les dizaines qui comptent maintenant. Et ce sourire, je l'ai accroché à ces quatre mots

NEW YORK FUCKING CITY


Et nous voici donc pérégrinant sur la grosse île de Manhattan, dans cette ville en forme de vague figée dans du béton et du verre, voguant entre fascination et agoraphobie, séduction et agression, un jeu dangereux quand on y goûte...
Nous avons déambuler du nord d'Harlem et de ses rues en fête jusqu'au grotesque Wall Street et ses travaux de constructions qui se font dans votre oreille. De la West Coast branchée/réhabilitée/revalorisée de l'Hudson jusqu'au quartiers populaires de l'East Village et ses rues montréalaises.
Où que nous allions, la ville, ses rues, ses artères et ces façades cathédrales grouillaient de passants et de pick-up, de vendeurs de hot-dog moins chère qu'un billet de métro, et comme me le disait M il y a une dizaine : "Tu peux être fringué comme tu veux, en Chewbaka si ça t'amuse, parloter sur quoi que ce soit, du moment que tu gardes le rythme, sur les trottoirs, tu marches avec le courant".

Où que nous allions, le sol vibrait quand le métro grondait sous terre comme un ver des sables, où que nous allions, les millions de climatisation enchâssées à chaque fenêtre comme des joyaux de fraicheur crachotaient sur tout un chacun des petites gouttelettes fétide, et où que nous allions, la ville sentait le vieux congélateur en panne de courant.
Nous nous sommes assoupis sur un banc dans Central Park sous un soleil d'appel à la sieste, et nous avons essuyé des coups de tonnerre à en faire éclater les dents. Nous avons bronzé en pleine nuit sous les lumières de Time Square, et manger du métro tant il est épais.
Et sous forme d’ellipse, puisqu'il en faut une, les photos en noir et blanc de cette pellicule présentés ont été faite avec un petit Yachica T4, que m'avait offert M il y a presque 2 ans, juste avant de prendre l'avion qui m'amenait à Montréal...

Bon visionnage.




A la frontière

 Forêt

 Pause dej à Central Park

Sur Colombus Circle

 Nuage de terre

Faire la queue pour le MOMA
Attendre la pause
Au MOMA
Vue d'en haut
Nuit sur la ville
Dancing Queen
Jazz dans un parc
Spectateurs dans un parc
L'autre rive, Brooklyn
Vendeur de Hot-Dog sur la 5ème
Salon de massage minute
Empire State Building vue d'en bas
Bus de Harlem
Coin en fête sur la 135ème
L'on prend un taxi
L'on quitte un taxi
NY bus terminal
La Pause des chauffeurs
Photo volée
Dernier regard
Bus stop in Albany
Empire plaza in Albany
Échangeur routier
A l'arrêt de bus








-----------------------------------------


Nouvelle vue du balcon
Façade de rue
Parc Marquette
Incinérateur N°3
Mortes cheminées
// 26ème pellicule : "New York Fucking City" // 26ème pellicule : "New York Fucking City" Reviewed by Unknown on 00:33 Rating: 5

7 commentaires:

  1. Série terrible! Il va falloir qu'on discute...

    RépondreSupprimer
  2. Bon ma femme me dit qu'il faut que tu fasses des livres... bien à vous et toujours d'aussi belle photos :)
    aymeric, anne & agathe

    RépondreSupprimer
  3. Alors cette fois-ci, c'est ton texte d'intro qui m'a remué, voire scotché. J'ai eu l'impression, surtout avec la 1ère photo juste en dessous, de me retrouver dans Neuromancien de Gibson, dont Ridley Scott c'est tellement inspiré pour créer l'ambiance de Blade Runner.
    gloups.

    à part ça mes 2 préférées sont les 2 taxis. Pourquoi ? Parce que.

    Chapeau bas l'martien !

    RépondreSupprimer
  4. est-ce toi au salon de massage ? dernier regard me plait beaucoup mais surtout l'empire state building. quant à nouvelle vue du balcon, elle est superbe. Saint Joseph dans toute sa splendeur. très belle pellicule. chapeau bas monsieur le photographe. M

    RépondreSupprimer
  5. Un air de déjà vu: ce fameux M rentrant de voyage, toujours enthousiaste, à vous donner l'envie de prendre un billet d'avion, de train, de bus ou de pouss pouss illico presto!
    Tu nous manques H..
    A.

    RépondreSupprimer

RECHERCHE DANS CE JOURNAL

Crédit photos et textes Talion'h Kaärd. Tous droits réservés. Fourni par Blogger.